A PROPOS DE MERCVRIO

Le séminaire MERCURIO biannuel (avril/mai et octobre) a pour objectif de présenter et de discuter des études de cas, qu’il s’agisse de dossiers de fouille ou de synthèses portant sur un thème particulier, apportant une réflexion sur l’Histoire économique et sociale de l’Occident romain entre le Ier s. av. et le VIe s. ap. J.-C., avec de possibles élargissements sur la fin de l’Âge du fer et le haut Moyen Âge.  Il s’adresse aux chercheurs institutionnels, aux professionnels de l’archéologie préventive, aux archéologues des collectivités territoriales, aux spécialistes des sciences connexes, aux étudiants et doctorants ainsi qu’aux membres du monde associatif.

La multiplication des opérations de fouilles préventives et programmées, tant en contexte rural qu’urbain, concernant la période romaine a engendré ces dernières années un accroissement exponentiel des données matérielles tandis que le recours systématique aux sciences paléoenvironnementales et à l’archéométrie a élargi les problématiques et les questions suscitées par ces résultats. 

« les séminaires s’adressent à la fois :

aux archéologues, aux historiens et aux spécialistes

des sciences connexes (paléoenvironnement et archéométrie) »

Légende photo ci-dessus : Grand four à amphores à huile d’El Mohino

La naissance du séminaire MERCURIO à l’initiative de l’équipe TP2C de l’UMR5140-ASM du CNRS et de la société Mosaïques Archéologie (Montpellier) s’inscrit dans la nécessité de discuter et de confronter ces résultats sous l’angle économique en s’intéressant notamment à l’ensemble de la chaîne opératoire destinée à la production et à la diffusion des denrées et des objets, qu’il s’agisse de matières premières issues de l’artisanat ou de produits manufacturés.

Plusieurs axes d’étude sont apparus pertinents et guideront les choix des contenus des séminaires, conçus comme des réunions propices au dialogue dont l’objectif premier est d’enrichir les réflexions et perspectives. La focale retenue est multiple et couvre à la fois le champ micro-économique et macro-économique : étude spécialisée d’un aménagement spécifique ; présentation d’un établissement rural ou d’un quartier urbain/péri-urbain ; étude micro-régionale portant sur un aspect particulier et enfin, synthèse à portée régionale/provinciale/globale.

La portée de ces interrogations est très large et le séminaire s’adresse à la fois aux archéologues, aux historiens et aux spécialistes des sciences connexes (paléoenvironnement et archéométrie). Le champ géographique n’est pas limité même si le cadre de départ de ce projet est constitué de la province de Gaule Narbonnaise. Ainsi des dossiers concernant les Gaules et les Germanies, les Hispanies, l’Afrique du Nord ou encore l’Italie pourront être présentés et feront l’objet de comparaisons fructueuses.

La part belle sera faite aux questions méthodologiques : comment reconnaître, fouiller et étudier les structures de production ; avec quels objectifs ; avec quelles solutions nouvelles ;

selon quel protocole et dans quel cadre historiographique/épistémologique ? En ce sens, MERCVRIO est pensé comme un séminaire ayant également vocation à améliorer la formation continue des archéologues. À l’occasion de chacun des séminaires, un doctorant ou un post-doctorant sera invité à présenter sa/ses problématiques, en lien avec le thème retenu. 

Les axes d’étude suivants sont destinés à guider les présentations 

Le premier axe concerne une question peu abordée qui est celle du cadre architectural fonctionnel : on cherchera à déterminer quelles ont été les solutions pratiques adoptées pour rendre les installations opérantes, quelles sont les adaptations/solutions locales adoptées et mises en œuvre ; comment s’insère cet équipement dans l’ensemble au sein duquel il fonctionne.

Un second axe s’intéressera à la caractérisation des productions : aujourd’hui, leur mise en évidence pose encore, pour certaines d’entre elles, de redoutables problèmes tandis que l’on ne dispose que de très peu d’indicateurs quantitatifs permettant d’estimer leur volume. 

Un troisième axe est celui de la diffusion des productions qui peut être locale, régionale ou interprovinciale. On cherchera à éclairer cette problé-matique à l’aune des progrès accomplis ces dernières années dans la reconnaissance de produits périssables ou dont la structure n’a pas permis la conservation.

Un quatrième axe a pour objectif de confronter des ensembles bien datés, constitués de rejets de consommation/utilisation et livrant une large documentation, renouvelant sous l’aspect quantitatif ou qualitatif l’étude d’une ou plusieurs catégories de mobiliers/artefacts/macrorestes. 

Enfin, les discussions seront encadrées par une personnalité scientifique extérieure à la Narbonnaise.